Piscines : Attention danger !

Lieu de plaisir et de détente, les piscines peuvent se révéler très dangereuses pour les enfants en bas âge. Le 4 juillet, des jumeaux de 2 ans se noyaient à Clermont-Ferrand dans la piscine familiale. Un drame loin d’être isolé. En 2006, l’Institut de veille sanitaire (InVS) a ainsi dénombré 119 noyades accidentelles dans des piscines privées familiales, dont 50 suivies d’un décès. 74 enfants de moins de 6 ans étaient concernés, 21 sont morts.
Pourtant depuis la loi du 3 janvier 2003, diverses réglementations sont venues assurer la sécurité des piscines privées.
Il existe ainsi plusieurs systèmes de protection que ce soit l’utilisation de barrières (d’au moins 1,10 mètre de haut), d’une couverture enroulable, d’un abri (véranda) ou encore d’une alarme sonore détectant un enfant d’au minimum 6 kg dans le bassin. Des systèmes plus ou moins efficaces et qui ne remplacent pas la surveillance d’un adulte.

En plus de ces installations, l’InVS rappelle quelques consignes de sécurité :

– Désigner un seul adulte responsable de la surveillance.
– Équiper son enfant de brassards, d’un maillot de bain à flotteurs adapté à sa taille dès qu’il est à proximité de la piscine.
– Poser à côté de sa piscine une perche, une bouée et un téléphone pour alerter les secours le plus rapidement possible.
– Après la baignade, sortir tous les jouets flottants : jouets, bouées, objets gonflables et remettre en place son dispositif de sécurité.
– Apprendre à nager à son enfant dès l’âge de 4 ans et lui faire prendre conscience du danger.
– Se former aux gestes qui sauvent.
– Stocker les produits de traitement de l’eau hors de portée des enfants.

Aux Etats-Unis, où le nombre de piscines privées est très important, des techniques originales ont été mises au point pour apprendre aux plus jeunes à se retourner dans l’eau et faire la planche. Cette pratique permettrait à l’enfant de pouvoir se maintenir à la surface de l’eau sans trop se fatiguer et d’ainsi appeler au secours plus facilement. (Voir la vidéo)

Rappelons que ceci n’exclut en aucun cas la vigilance des parents et la présence d’autres systèmes de protection.


Publicités