Père à 13 ans...

Au Royaume-Uni, Alfie, un ado de 13 ans et sa petite amie, Chantelle 15 ans, défrayent la chronique depuis qu’ils sont devenus parents ! De quoi relancer le débat sur les grossesses adolescentes dans un pays où leur taux est le plus élevé d’Europe.

3 questions à Fanny Marteau, psychologue clinicienne.

1)    À 13 ans, un ado est-il prêt à être père ?

F. M. : Non, à cet âge, on est encore en pleine construction identitaire. Il y a des modifications psychologiques et sociales qui prennent du temps à se mettre en place, au fur et à mesure des expériences. La transformation pubertaire n’est pas encore terminée. Les ados ont encore eux-mêmes des besoins affectifs et risquent d’être débordés face à ceux du bébé. Il est important, durant cette période, de bénéficier d’un cadre environnemental structuré avec des règles et des références solides. Cela permet d’expérimenter les ruptures, de tester les limites en toute sécurité, sans transgresser les interdits majeurs. Dans ce cas précisément, cela n’a probablement pas été mis en place.

2)    En écoutant Alfie et sa petite amie, on a pourtant l’impression que ce bébé était voulu … (Il y aurait eu un refus d’avortement)

F. M. : Peut-être… Il faut savoir que d’une manière générale, face à la difficulté d’être ado ou de se sentir mal dans sa famille, les garçons ont tendance à davantage se tourner vers des actes de délinquance quand les filles ont des modes d’expressions différents qui peuvent passer par l’anorexie, la grossesse… Souvent, cela se produit dans un milieu d’abandon parental physique ou psychologique (les parents d’Alfie sont séparés, son père aurait dix enfants de trois femmes différentes, Ndlr). Il peut y avoir eu, à travers la naissance de ce bébé, un désir de reconstruire une vie capable de réparer leur propre existence et leur propre enfance dans le but de grandir plus vite…

3)    Qu’est-ce qui va être compliqué pour le futur de ces très jeunes parents ?

F. M. : Être parent si jeune vient contrarier les perspectives de scolarité et d’avenir. Chantelle et Alfie risquent d’être mis à l’écart par les autres, de se sentir marginalisés. Ils ne pourront pas sortir aussi librement, faire des choses de leur âge. Ce n’est pas une histoire comme les autres. Avoir un bébé demande beaucoup de temps. Les ados sont dans la projection de ce qu’ils feront plus tard, ici leur avenir est davantage compromis. Eux-mêmes n’ont pas acquis beaucoup de connaissances, n’ont pas suffisamment de repères.  Leur couple est encore jeune et peut avoir du mal à perdurer.

Retrouvez chaque semaine l’actualité décryptée par nos experts sur le site de PsychoEnfants !

Publicités