Une étude menée par des chercheurs de l’Université Laval (Québec) avance l’idée que le diabète gestationnel augmenterait les risques de troubles du langage chez l’enfant. Pour établir cette hypothèse, un groupe de chercheurs a, durant sept ans, suivi et testé le vocabulaire de deux groupes d’enfants âgés de 2 à 8 ans.Il est apparu, lors des tests, que les enfants nés de mères ayant eu du diabète gestationnel obtenaient tous, d’année en année, de moins bonnes notes de vocabulaire (10 mots de moins sur une échelle de 100 mots) et de grammaire que les enfants de mères bien portantes. Selon les scientifiques Ginette Dionne et Michel Boivin, à l’origine de cette étude, l’exposition du cerveau du foetus à des taux très élevés ou fluctuants de glucose serait à l’origine de ces retards, qui toutefois pourraient être rattrapables en fonction de l’environnement (stimulant ou pas) de l’enfant. D’autres études similaires devraient suivre.

Publicités